Recherche avancé

Mes démarches de A à Z
Jardins familiaux

Jardins familiaux

Jardins familiaux

Plantage de la Plaine


Après plus de 30 ans d’existence, les jardins familiaux de la Pala (derrière la voirie) ont disparu le 31 décembre 2016 au profit du chantier du bâtiment VORTEX qui verra le jour à la fin de l’année 2019.

Pratiquement 3 ans après les premières rumeurs d’une future fin d’exploitation de ces jardins et après moult promesses, doutes, remises en questions, et à force de patience, de persévérance, le comité a eu le plaisir d’attribuer les nouvelles parcelles, sur le site de la Plaine, le samedi 3 juin dernier. Quarante heureux locataires ont reçu les clés d’accès au périmètre du Plantage de la Plaine.
Malgré une diminution sensible du nombre et de la grandeur des parcelles par rapport à celles de la Pala, tous les anciens locataires intéressés ont finalement trouvé leur bonheur. La plupart des parcelles mesurent 60 m2, ce qui constitue une surface correcte pour une famille moyenne de quatre personnes. Le prix de location a subi une augmentation sensible puisque il est passé de CHF 0.80 à CHF 2.50 par m2. Cela n’a toutefois pas empêché les quarante locataires de reprendre une parcelle. Malgré un début des activités relativement tardif (début juin), l’année 2017 fut un excellent cru. Une terre fraîchement labourée et la météo favorable ont fait pousser les légumes en un temps record et la récolte fut belle. Le déplacement des parcelles dans un secteur en pleine évolution et à la vue de tout un quartier de la commune a suscité un vif intérêt puisqu’en quelques semaines, plus de trente personnes se sont inscrites sur la liste d’attente. Ces candidats devront malheureusement faire preuve de patience avant de pouvoir goûter au plaisir du jardinage.

Association des Jardins Familiaux de Chavannes
M. Robert STUCKI, Président
Tél. 076 320 41 44

M. Christian HOWALD, Secrétaire
Tél. 079 292 53 78

Potagers urbains


Un « potager urbain », c’est un projet de jardin écologique élaboré en commun, en version « sur mesure », par et pour les habitants d’un quartier, au pied même de leur lieu de résidence. On y rencontre ses voisins ; on y retrouve des variétés locales, anciennes, oubliées et d’autant plus délicieuses ; on y échange des recettes à la pointe du goût du jour ; on s’y retrouve pour des soirées « dégustation du terroir (vraiment) local » ; on s’y tient les coudes – et les bêches et les arrosoirs – entre générations tout autant qu’entre cultures ; on se donne des filons en matière de d’association d’espèces et de lutte biologique ; on y parle aromatiques, conserves, confitures et permaculture – ou toute autre technique permettant d’associer biodiversité et productivité. Ici, pas de produits chimiques : l’alchimie est sociale et visionnaire, tournée vers la terre autant que vers demain. Bref : on y vit, véritablement. Réalisé au cœur des quartiers d’habitation, le « potager urbain » prend volontiers racine sur les vastes pelouses inutilisées au pied des immeubles, les terrains vagues, les parkings (sauvages ou domestiqués), en somme su tout espace « résiduel » non valorisé. L’idée de ce lieu de vie et de rencontre « de proximité » est que chacun puisse s’y rendre à pied pour jardiner, une demi-heure ou une demi-journée, quand beau lui semble. Les jardiniers s’y côtoient puisque chaque parcelle – de 5 à 30m2 chacune, selon les envies et l’esprit des lieux – est ouverte sur les parcelles voisines. Dans un « potager urbain », pas de cabanons ou de barbecues-mausolées privatifs, pas d’infrastructures lourdes et imposante : le paysage urbain reste ouvert – tout autant que les esprits, d’ailleurs, puisque la culture d’anciennes espèces et la pratique d’un jardinage écologique y sont d’usage. Enfin, et surtout : ce projet est monté de manière participative et intégrative, dés le début et jusque dans les moindres détails. Fruit de l’énergie locale, monté à la sueur des fronts, par toutes les personnes potentiellement intéressées et en tenant compte des souhaits de tous les voisins, le potager sera considéré comme faisant partie intégrante du quartier. Respect des aménagements assuré ! Le potager urbain – en bref Un + SOCIAL : un « potager urbain » permet de créer et renforcer le lien social, ainsi qu’une réelle mixité à l’intérieur d’un quartier. De plus, il a un impact positif sur la santé des habitants-jardiniers (activité physique en plein air, réduction du stress, apport de fruits et de légumes). Il permet également de réduire les nuisances dans les quartiers, grâce à la présence continue dans le potager notamment. Un + ECONOMIQUE : un « potager urbain » permet la production, par les habitants, d’une partie des ressources alimentaires consommées, et contribue ainsi à réduire les dépenses du ménage. Le montage du projet par les habitants permet également de réaliser des jardins avec des moyens financiers limités. D’une grande efficience économique. Un + ECOLOGIQUE : en y jardinant de façon respectueuse de l’environnement (ce qui est loin d’être la règle dans les jardins familiaux traditionnels...), en réintroduisant d’anciennes variétés et aménageant des nichoirs ou autres « hôtels à insectes », les jardiniers urbains favorisent également une biodiversité riche et permettent de préserver certaines espèces en voie de disparition en milieu urbain. Immanquablement, le potager urbain permet aux citadins de se reconnecter à la terre à travers le geste agricole, de saisir avec humilité non seulement la fragilité, mais aussi la magie des processus naturels à la base de notre alimentation – processus bien souvent oubliés sur les étals de la grande distribution – pour s’interroger in fine, sur son propre mode de vie, de consommation, et de citoyenneté.

Pour plus d’informations : www.potagersurbains.ch
Tél. 021 341 41 10

Verger à la Maraude


La Commune de Chavannes-près-Renens et sa paroisse réformée se sont unies dans une expérience citoyenne nouvelle ! La revalorisation du terrain entourant le temple pour le transformer en « verger à la maraude » où chaque passant peut, s’il le désire, cueillir quelques fruits, à condition qu’ils soient mûrs et consommés sur place. Un projet en plusieurs étapes, dont les premières plantations qui ont été réalisées par les enfants le 1er mars 2018. Chaque classe a planté un arbre fruitier ou un arbrisseau à baies comestibles - une façon ludique d’impliquer enseignants et élèves dans une action citoyenne agréable à tous.

De l’action individuelle à l’action collective : “créer ensemble le changement !” Suite à la réflexion relative à l’environnement et le constat d’une densification urbaine dans le quartier du temple, le Conseil paroissial réformé et la Commune de Chavannes-près-Renens ont décidé de collaborer. Ils proposent une requalification urbaine, écologique et participative de l’espace vert situé autour du temple. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un “verger à la maraude” avec des plantations d’arbres fruitiers. L’installation de bancs a complété le projet pour que les paroissiens, les habitants du quartier, mais également les croqueurs de pommes occasionnels puissent se retrouver pour se détendre et faire vivre la place en créant un lieu convivial, d’échanges et de rencontres. Le projet tient compte de la démarche participative et éducative citoyenne en intégrant des ateliers verts pour les enfants ainsi qu’une réflexion environnementale qui s’inscrit dans l’air du temps. En effet, de par sa multifonctionnalité, le projet favorise la qualité de vie et l’installation de la biodiversité tout en promouvant de nouveaux liens sociaux et solidaires. Ce nouvel état d’esprit où le bien-être et le bien-vivre en ville des citoyens sont des éléments moteurs de la démarche de la Commune et du Conseil paroissial pour faire savoir qu’à Chavannes, « il fait bon vivre ! ».