Projets > Mobilité douce >
C.- En Dorigny

Projet lauréat - STAIRWAY

 

 

Fruehauf Henry & Viladoms Sàrl, rue Pichard 9, CH-1003 Lausanne

Collaborateurs

 

Claudius Fruehauf, Guillaume Henry, Carlos Viladoms, Guillermina Ceci

 

Muttoni & Fernandez, route du Bois 17, CH-1024 Ecublens

Collaborateurs

 

Aurelio Muttoni, Miguel Fernandez Ruiz

 

Extrait du rapport du jury

 

Le projet Stairway propose un geste franc et direct pour s’élever et franchir l’autoroute d’un seul trait, comme une signature singulière dans le paysage dense et contrasté de Dorigny. Par sa simplicité et sa grande force plastique, à la fois discret et emblématique, l’ouvrage s’impose avec élégance et évidence dans son contexte futur et ne craint pas d’en affronter les incertitudes.

 

L’expression sobre de la passerelle et son architecture homogène, constituée d’une seule travée de 80 m de long reposant sur une pile unique donne une force tranquille à l’ouvrage et révélant l’évidence de sa fonctionnalité, sans artifices.

 

Les auteurs ont pleinement exploité la contrainte des niveaux en faisant de la liaison verticale une réelle opportunité de projet, tant architectural, structurel que paysager. Cet escalier affirmé,à plusieurs volées d’amplitudes variées, est à la fois repère visuel, promenade, point de rencontre, étape ou point de vue. En effet, par son parcours fluide,fonctionnel et efficace, le projet développe une scénographie riche et variée de « paliers-belvédères » offrant des ouvertures visuelles de qualité sur le site et le grand paysage. Offrant des itinéraires directs vers les principaux générateurs, ce choix typologique, habile et compact, garantit par ailleurs une porosité bienvenue au site, tant du point de vue des flux, de sa perméabilité visuelle que de sa lecture.

 

Le projet encourage la liaison verticale à pied, concept largement apprécié par le jury, mais qui risque d’être victime de son succès au vu des fluxconsidérables attendus. Le dimensionnement de certaines volées mérite d’être reconsidéré afind’offrir des conditions de croisement encore suffisammentconfortables aux heures de fortes affluences.Le jury s’interroge par ailleurs si un deuxième ascenseur n’est pas nécessaire pour répondre aux pics de fréquentation, celui-ci pouvant peut-être connecter l’ouvrage directement au quai Nord du m1.

 

La structure de la passerelle est composée par un tablier mixte béton-acier. La cage d’ascenseur joue aussi un rôle statique et se détache visuellement du pont par un traitement différencié de sa teinte et de sa matérialité. Grâce au garde-corps ajouré dans son tiers supérieur, sa vocation piétonne est immédiatement perceptible par l’apparence tout au long du parcours de ses usagers.

 

Le choix des auteurs de proposer avec originalité une matérialité d’aspect lisse et de couleur noire apporte une identité peu commune et séduisante dans le contexte paysager et architectural hétérogène du site, soulignant l’harmonie des couleurs et des contrastes du cadre vert existant qui l’entoure et qu’elle révèle avec une grande finesse.

 

L’ouvrage, de forme minimaliste, réunit l’efficacitédu parcours, la qualité paysagère et la cohérence structurale. La finesse de la structure est rendue possible grâce au faible poids propre du tablier en acier. Sa conception structurale est de qualité. La passerelle et l’escalier se rejoignent, et prennent appui sur l’entretoise de la cage d’ascenseur. L’unique joint de dilatation est prévu au droit de l’appui Nord.

 

La structure de la passerelle est composée de deux poutres latérales en caisson d’acier, dont le remplissage en béton n’a pas convaincu le jury, notamment du point de vue de la mise en oeuvre. Elles sont reliées par des entretoises transversales qui supportent la dalle orthotrope composée de raidisseurs longitudinaux et de deux tôles en acier à l’extrados et à l’intrados du tablier créant un caisson sur la hauteur des entretoises. Le tablier composé de caisson fermé est inaccessible et ne permet pas de déceler une éventuelle corrosion de la structure. Le jury recommande l’étude d’une solution où la tôle inférieure est rendue non statique et amovible. Une couche de goudron, en constitue le revêtement et l’étanchéité, dont la durabilité méritera d’être questionnée.

 

L’équilibre de l’escalier monumental est assuré par une ossature astucieuse composée des limons ainsi que des paliers intermédiaires. Les limons intérieurs prennent appui sur la fondation alors que les limons extérieurs prennent appui sur l’entretoise au niveau de la passerelle.

 

La méthode de construction est rationnelle. Elle prévoit la préfabrication en atelier par tronçons de l’ouvrage et leur pose en trois parties de la passerelle. Les tronçons nord et sud sont posés sans étayage sur l’autoroute. Le dernier tronçon est posé à la grue et soudé durant la nuit sur place.